5émel'Éducation Française

Les conditions de vie d’un pays pauvre : l’Altiplano bolivien

L’Altiplano est le nom espagnol d’une particularité montagneuse de l’Amérique du Sud : la Cordillère des Andes, qui traverse tout le continent du nord au sud, culmine à plus de 6 500 m et présente un plateau de près de 300 km de large à une altitude de plus de 3 000 m. Les conditions de vie sont particulièrement difficiles : l’air est raréfié, l’ensoleillement est très fort, les cultures et l’élevage très difficiles. Ce sont pourtant les conditions de vie habituelles et ancestrales de ces Indiens, qui pourraient prétendre au titre de descendants des Incas.
1. Des conditions de vie très difficiles
a. Au niveau du logement
Les Indiens vivent dans des petites maisons en pierre et torchis (mélange d’argile et de paille), avec des toits en paille. Il s’agit donc d’un habitat précaire.

Doc. 1. Un village bolivien
b. Au niveau de la nourriture
Ils se nourrissent de leurs productions : c’est de l’agriculture vivrière. Les principales sont le quinoa, la pomme de terre, le blé, l’orge, l’avoine. Les quantités produites sont faibles car ils n’utilisent pas d’engrais, pas de machines agricoles, par manque d’argent, et elles subissent les aléas climatiques (gel, sécheresse) qui sont très fréquents.
L’élevage repose surtout sur le lama (dont on mange la viande) et l’alpaga (que l’on tond aussi pour sa laine très précieuse).
c. Au niveau des infrastructures
Le problème de l’Altiplano est qu’il est difficile d’accès, les maisons sont isolées les unes des autres et les infrastructures font défaut : pas d’électricité (quelques panneaux solaires si les villageois ont eu l’aide d’une ONG), pas d’eau courante mais un puits, et pas de médecin ni d’infrastructures de santé. Il leur faut aller à la ville, ce qu’ils ne font qu’en dernier recours.
d. Au niveau de l’éducation
Des efforts sont faits pour l’éducation : ramassage scolaire et internat pour les enfants. L’État tente aussi d’alphabétiser les adultes en créant des écoles itinérantes. Mais les résultats sont encore fragiles.
2. Des conditions de vie encore plus difficiles que dans le reste de la Bolivie
Si l’on compare l’Altiplano au reste de la Bolivie (dont une partie, beaucoup plus riche, s’étend sur l’Amazonie et tire ses revenus de la production de feuilles de coca), la région connaît un très net retard :
– 22 % sont analphabètes contre 10 % pour le pays.
– 24 % ont accès à l’eau potable contre 86 % pour le pays.
– 30 % ont l’électricité contre 70 % pour le pays.
L’essentiel
Si la Bolivie est un pays pauvre et sous-développé, avec 1800$/hab/an (contre 40 000$ en France), les conditions de vie sont très hétérogènes, et l’Altiplano est une région particulièrement défavorisée. Ainsi, le logement, l’accès à l’eau et à l’électricité, l’accès à la médecine et à l’éducation, sont précaires. La malnutrition et la sous-nutrition sont très répandues. Les conditions de vie de cette population pauvre sont donc très difficiles.

اظهر المزيد

Hacen Ch

انا اسمي حسان . ش من الجزائر العاصمة ... 18 سنة طالب جامعي كاتب مواضيع و مؤسس موقع التعليم نت من هوايتي هي البحث في الانترنت و نشر المادة المعرفية للناس

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

إغلاق

أنت تستخدم إضافة Adblock

برجاء دعمنا عن طريق تعطيل إضافة Adblock